HISTOIRE

I. Origine des Axolotls

À l'état sauvage, l'Axolotl vit uniquement au Mexique, dans les lacs de Xochimilco, de Chalco et leurs canaux alentours.

À 2240 mètres d'altitude, la température de l'eau de ces lacs dépasse rarement 20°C en été, mais ne descend guère en-dessous de 6-7°C en hiver.

Lac Xochimilco et Chalco

Lac de Xochimilco (aujourd'hui réduit à quelques canaux) et lac de Chalco en 1847

II. Arrivée en Europe des Axolotls

Les premiers spécimens ont étés introduits en Europe aux alentours des années 1800 par Alexander von Humboldt — explorateur et naturaliste allemand —, lequel en a remis au Musée d'Histoire Naturelle de Paris.

À la fin de l'année 1863, 34 Axolotls (33 de couleur Sauvage et 1 Leucistique, parmi lesquels s'étaient vraisemblablement glissées des salamandres Tigres) ont été importés vivants au Musée d'Histoire Naturelle de Paris par Élie Frédéric Forey — Général français alors en mission au Mexique. C'est Auguste Duméril — zoologiste français — qui les a réceptionnés, acclimatés et observés. Malheureusement, seuls six individus ont survécu : 5 mâles et 1 femelle.

Le 18 janvier 1865, Auguste Duméril assiste à des reproductions, :sunny: ! C'est d'ailleurs de ces reproductions que sont issus les Axolotls domestiques que nous détenons à l'heure actuelle dans nos foyers !

Auguste Duméril assiste également à l'éclosion des petites larves mais, alors que certaines se développent normalement, d'autres se métamorphosent, :affraid: ! Il en conclut que l'Axolotl n'est en fait qu'une forme larvaire, néanmoins capable de se reproduire. À l'époque, cette découverte fit beaucoup de bruit et ce fut le commencement des recherches concernant la néoténie, sujet pour lequel les scientifiques continuent à se passionner.

Alexander von Humboldt Général Forey Auguste Duméril

Alexander von Humboldt
1769-1859

Élie Frédéric Forey
1804-1872

Auguste Duméril
1821-1870

III. Premières expériences sur les Axolotls

En 1913, Vilém Laufberger — médecin physiologiste tchèque — parvient à faire se métamorphoser des Axolotls en leur administrant des extraits thyroïdiques.

En 1920, n'ayant pas connaissance des travaux du Tchèque, Julian Huxley — biologiste britannique — tenta l'expérience de son côté avec succès.

Vilem laufberger

Vilém Laufberger
1890-1986

Julian Huxley
1887-1975

IV. À l'heure actuelle

Les particularités propres à l'Axolotl — métamorphose et régénération entre autres — continuent à être étudiées ; et ce, dans le but de comprendre le processus de développement des cellules : pourquoi certaines se développent-elles normalement et d'autres anormalement, provoquant ainsi des cancers ?

L'Axolotl est également utilisé en laboratoire afin de tester les réactions du corps face aux vitamines, aux rayons X, aux greffes, etc.

V. Extinction des Axolotls

Les Axolotls sont en voie d'extinction à l'état sauvage, il en reste actuellement très très peu. Ils sont listés par la CITES (Convention on International Trade in Endangered Species of Wild Fauna and Flora = convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction) comme espèce menacée, et par l'IUCN Liste Rouge (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) comme étant en voie de disparition. En 2006, il a été estimé qu'il n'y avait plus qu'1 Axolotl par 1000m², mais trop peu ont été trouvés pour que les statistiques puissent être considérées comme fiables.

L'urbanisation de la ville de Mexico, la pollution et l'assèchement des eaux ont progressivement raison d'eux. Par ailleurs, certains poissons introduits dans leur milieu naturel — c'est le cas de la Tilapia — se nourrissent principalement de jeunes Axolotls... Par ailleurs, l'Axolotl faisait traditionellement partie du régime alimentaire de base des Aztèques et, aujourd'hui au Mexique, les Axolotls sont encore vendus comme nourriture sur les marchés. Les captures — que ce soit pour le commerce ou la médecine — ont également réduit la population sauvage.

Plus de détails dans ce reportage : « Le monstre du lac ».

Soyez rassurés, nos Axolotls domestiques n'ont pas été prélevés dans la nature et, par conséquent, vous ne participez auncunement à l'extinction des Axolotls sauvages. En effet, nos Axolotls domestiques sont issus d'années et d'années de reproduction en captivité, kiss.

VI. Voyage à Xochimilco par J. Ramos (© J. Ramos)

(cliquer sur les photos pour les agrandir)

Représentation de l'Axolotl à Xochimilco. La peinture murale ci-dessous explique le sens emblématique donné à l'animal et le parallèle avec le dieu Xolotl :

Ramos 1

« El ajolote es nuestro emblema. Encarna
el temor de ser nadie y replegarse
a la noche perpetua en que los dioses
se pudren bajo el lodo
y su silencio
es oro
— como el oro de Cuauhtémoc
que Cortés inventó —. »

José Emilio Pacheco, El reposo del fuego, 1966.

Traduction :

« L'axolotl est notre emblème. Il incarne
la crainte de n'être personne et de se replier
dans la nuit perpétuelle, où les dieux
pourrissent sous la boue
et où leur silence
est or
— comme l'or de Cuauhtémoc
que Cortés a inventé. »

Les canaux de Xochimilco, derniers vestiges du lac Texcoco, s'abordent en traditionnelles « trajineras » (embarcations typiques du lac), où les mariachis jouent çà et là des airs de musiques traditionnelles.

Ramos 2Les chinampas de Xochimilco étaient considérées comme le grenier alimentaire des Mexicas (plus connus sous le nom des Aztèques). Ils y cultivaient leurs fruits et légumes. Aujourd'hui encore y poussent les plantes servant à l'alimentation, mais les fameux marchés à fleurs y ont également pris place, de quoi justifier le doux nom de « lieu où poussent les fleurs ».

Ramos 3

Aujourd'hui, les habitants de Xochimilco déambulent au gré des eaux, échangeant et vendant leurs récoltes et leurs fleurs à leurs voisins. Les touristes n'échappent pas aux propositions de vente.

Ramos 4

À Xochimilco, les canaux sont envahis de jacinthes d'eau, dont le fauchage permet de maintenir des surfaces libres. On y trouve également des plantes oxygénantes, telles que les Myriophylles, ainsi que les fameux nénuphars à fleur jaune (Nymphaea mexicana), espèce endémique d'une grande partie de l'Amérique subtropicale.

Ramos 5

VII. Petite vidéo récemment tournée à Xochimilco

Date de dernière mise à jour : 30/03/2017